Gombitelli est une fraction de la commune de Camaiore dans la province de Lucques, qui compte actuellement moins de 100 habitants.

Il s'élève sur un promontoire du Monte Calvario (500 mètres au dessus du niveau de la mer, qui est, à vol d'oiseau, à 12 kilomètres) qui est l'un des derniers contrefort au levant des alpes Apuanes.

Les deux particularités qui ont fait de Gombitelli un village spécial ont été sa langue et le travail du fer. Jusque dans les années 30 ses habitants parlaient un idiome connu d'eux seuls qui était pratiquement incompréhensible à toute personne extérieure au village.

La genèse de cette langue commence probablement vers 1450 quand, après la grande peste, Paolo Giunigi, seigneur de Lucques, facilita l'immigration pour favoriser le repeuplement.

A la suite de ces mesures, le village fut la destination choisie par un groupe de soldats Lombards qui, expulsés de Florence, trouvèrent refuge à Lucques.

Gombitelli est connu pour être une île linguistique et son dialecte, quasi disparu aujourd'hui, avait des mots gallo-romains, lombards, piémontais et émiliens.

Au XVIème siècle des forgerons allemands qui faisaient partie de la suite de Charles V, décidèrent de s'arrêter dans ce village sur les collines de Camaiore où ils débutèrent le travail du fer et la fabrication de clous appelés «  gavorchi  », ce qui veut dire «  laid et disgrâcieux  » dans le dialecte de Lucques. Ils étaient de fait mal dégrossis puisqu'ils étaient destinés aux charpentes.

Une autre tradition, toujours vivace au village, est l'utilisation de la viande de porc, avec une grosse production de saucisses et saucissons.